Recherchez l'une de mes miscellanées

dimanche 2 juillet 2017

Exposition Pierre le Grand au Grand Trianon

Bonjour, comment allez-vous ? Moi, je suis en vacances depuis hier matin, et en mission farniente, ça fait du bien de ne rien faire ! Lire, siester, appeler une amie.. Le week-end dernier, avant l'arrivée des grandes chaleurs, nous sommes allés à Versailles visiter le Grand et le Petit Trianon ainsi que l'exposition consacrée à la visite officielle en France du tsar de Russie Pierre le Grand, il y a exactement trois cents ans, en 1717. L'occasion de revenir sur les liens entre la France et un pays fascinant que j'aime beaucoup, la Russie.


 Portrait de Pierre le Grand, par Nattier, en 1717. Un souverain européen pleinement reconnu. 


L'impératrice Catherine, 2e épouse du tsar

Pierre le Grand, grand homme dans tous les sens du terme (il mesurait près de deux mètres) et souverain atypique, régna sur la Russie de 1682 à 1725. Il impulsa quantité de réformes politiques, juridiques, économiques et monétaires, la plus célèbre étant la création de la Table des rangs, un ordre hiérarchique des fonctionnaires qui perdurera jusqu'à la fin de l'Empire. On doit aussi à Pierre le Grand la décision de tourner la Russie vers l'Europe, avec la création d'une nouvelle capitale sur la Baltique, Saint-Pétersbourg.



L'aigle impérial à deux têtes, emblème des Romanov

Curieux de tout, et notamment des sciences et techniques, Pierre effectua deux voyages en Europe, l'un sous un relatif incognito, sous le nom de Pierre Mikhalkov, de 1697 à 1698, et l'autre, officiel en France, d'avril à juin 1717. Le premier voyage, connu comme "la grande ambassade", mena le soit-disant Pierre Mikhalkov de la Prusse à Londres, en passant par les Provinces-Unies, où il travailla sur les chantiers navals, ainsi que par Vienne. Le souverain voulait tout connaître de l'Europe, ses sciences, ses coutumes, ses techniques de guerre, ses arts. Il avait fait graver un cachet qui proclamait "Je suis parmi les écoliers et je réclame des maîtres". Si le faux Mikhalkov fut reçu par les principaux souverains d'Europe pendant son voyage, il ne vint toutefois pas en France, Louis XIV n'ayant pas souhaité le rencontrer.


Estampe anonyme représentant Pierre Ier à l'époque de la Grande Ambassade 

Au retour de ce voyage, Pierre entame de profondes transformations au sein de son Empire. L'influence la plus visible de son voyage européen s'exprime à travers le chantier de Saint-Pétersbourg, qui n'est pas sans présenter des similitudes avec la création de Versailles quelques dizaines d'années plus tôt. Le tsar adopte une architecture d'inspiration européenne et oblige les architectes à respecter une unité architecturale pour les bâtiments de la nouvelle capitale, aucun ne pouvant dépasser le palais du tsar.



Plan de Saint-Pétersbourg



Un modèle de bâtiment pétersbourgeois

En 1717, la situation est différente. Les victoires de Pierre le Grand contre la Suède ont fait du souverain russe un personnage incontournable et un allié potentiel pour la France, alors gouvernée par le Régent Philippe d'Orléans.


Victoire de Pierre Ier sur les Suédois à Poltava en 1709

Le tsar est reçu officiellement par le Régent et le petit roi Louis XV, alors âgé de 7 ans. Il visite Paris, Versailles et les châteaux des environs, s'accoutumant sans mal à la vie française. Il demande cependant à ses hôtes une certaine simplicité, refusant les hommages officiels et les escortes luxueuses. Un habit du tsar est d'ailleurs présenté lors de l'exposition, totalement dépourvu de la moindre broderie et du moindre luxe. Une savoureuse anecdote rappelle l'importance des différences interculturelles : l'envoyé du roi, le marquis de Mailly-Nesle, a pris soin d'emporter de multiples et riches toilettes pour faire honneur à son invité, et n'apparaît jamais deux fois devant le tsar dans le même habit.  « En vérité, dit le Tsar, je plains M. de Nesle d’avoir un si mauvais tailleur qu’il ne puisse trouver un habit fait à sa guise » !


Le palais de Péterhof, dans la banlieue de Pétersbourg, sur le golfe de Finlande. Colonnades, escaliers, perspectives, fontaines et jardins à la française... Cela ne vous rappelle rien ? 

Et vous, aimez-vous la Russie ? Avez-vous déjà visité Versailles ?

Exposition Pierre le Grand, Un tsar en France, Grand Trianon de Versailles, jusqu'au 24 septembre 2017 

6 commentaires:

  1. Coucou, merci beaucoup pour ce joli partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que cela te plaise !
      Bonne semaine,
      Aglaé

      Supprimer
  2. Très belle exposition ! J'ai eu l'occasion de visiter Versailles à plusieurs reprises quand j'habitais en région parisienne, c'est vraiment un endroit hors du temps. Par contre jamais été en Russie, même avec du sang russe haha ! C'est quand même impressionnant quand on réalise les efforts qui ont dû être déployés pour retrouver les traces de ces visites. Gros bisous et merci pour cet article très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as du sang russe ? Je t'envie ! Moi aussi, j'adore Versailles. Je ferai d'autres billets bientôt notamment sur les Trianons.
      Pour ce qui est des pièces présentées à l'expo, c'est tout simplement un partenariat avec le musée de l'Ermitage et beaucoup de sources historiques (notamment Saint-Simon, à qui on doit un excellent portrait du tsar).
      Bises et merci pour ton gentil compliment ! Je suis très touchée
      Aglaé

      Supprimer
  3. Une exposition très intéressante dans un lieu fabuleux ! C'est impressionnant de voir le nombre de châteaux dans le monde inspirés directement de l'architecture du château de Versailles. Inutile de préciser à quel point j'aime cette ville! Bisous et merci pour cet article :)

    RépondreSupprimer
  4. En même temps, Versailles est tellement riche de lieux différents et si beaux ! Comment ne pas craquer ? Bises Aglaé

    RépondreSupprimer

Vous avez aimé ce billet ? Laissez-moi un petit mot, ça fait toujours plaisir ! Merci par avance ;-)