Recherchez l'une de mes miscellanées

mercredi 3 mai 2017

La galère du permis

Je n'ai pas le permis. 
Longtemps, cette affirmation a été une posture. A l'âge où les jeunes gens passent cet examen à valeur de rituel, j'étais en classe préparatoire : travail 7 jours sur 7, nuits excédant rarement plus de 4 ou 5 heures. De toute façon, je voulais aller à Paris, et à Paris, c'est bien connu, pas besoin de permis.

Le temps passa, une quinzaine d'années en fait, durant lesquelles, vivant en région parisienne, le permis n'eut pas grande utilité. Il y eut bien une entreprise, une fois, qui essaya de rompre ma période d'essai car je ne conduisais pas : je n'y restai pas de toute façon. Lors des soirées en ville, je passais régulièrement pour une personne bizarre, le fameux papier rose étant souvent paré de toutes les vertus. J'ai même été traitée d'arriérée. Je croisai aussi, de temps à autre, quelques non-conducteurs absolus et fiers de l'être. Je n'avais pas envie de m'y mettre, sentant obscurément que ça n'allait pas être si simple.

Lorsque j'ai eu mon poste actuel, je révisai un peu ma position et décidai d'essayer d'apprendre à conduire. Le fait que le trajet domicile-travail soit deux fois plus rapide en voiture y fut pour quelque chose. Mauvaise motivation, selon le moniteur de la leçon d'essai ! Notez que je ne voulais pas au départ forcément avoir le permis, mais savoir me débrouiller assez au volant d'une voiturette sans permis qui va d'un point A à un point B. Naïvement, je pensais que j'allais tout de même y arriver assez facilement. Après tout, mes élèves y arrivent bien, eux. Mais mon pressentiment se vérifia : je n'étais effectivement pas douée du tout pour conduire. Et pour la sécurité de tout le monde, mieux valait renoncer à mon projet de voiturette et apprendre sérieusement à conduire. 


Si l'apprentissage du code fut un magnifique moment de stress - j'ai même fait un malaise après l'examen théorique, c'est vous dire, moi qui me suis enchaîné des oraux de concours à la file avec une certaine aisance - ce n'était rien par rapport à la formation pratique. Les sous-doués passent le permis, c'est moi. Maintenant, je crois que j'ai compris pourquoi. En fait, la conduite est un concentré de tous mes problèmes. Ma vue de loin est mauvaise. J'ai des problèmes de concentration sur les choses pratiques - passer 5h sur une dissertation de concours sans lever le nez ne pose aucun souci, merci. Non-sportive absolue, j'ai des difficultés à coordonner mes mouvements. Mon sens de l'orientation est plus que largement inférieur à la moyenne : il m'arrive de me tromper avec un GPS piéton. Et enfin, pour couronner le tout, la moindre difficulté ou erreur me plonge dans un stress panique.

Lorsqu'on démarre l'apprentissage de la conduite à 18 ans, les choses sont différentes. On est élève, donc habitué à suivre les consignes. Lorsqu'on démarre à un âge bien plus avancé, en ayant en plus l'habitude d'être dans le rôle de l'enseignant, les choses ne sont pas si simples. Ni pour l'élève, ni pour le moniteur.  Je parlais beaucoup, je n'écoutais rien. C'est très compliqué d'être à l'aise dans des domaines difficiles pour les autres et en échec avéré dans un domaine simple que tout le monde maîtrise - normalement. 

Cependant, je me suis accrochée, et je progresse. Trèèèès doucement, hein. J'ai intégré le fait que les choses simplissimes pour autrui vont prendre plusieurs heures avec moi. Que, comme pour les concours, le mental est très important. J'ai doucement mis en place des stratégies pour trouver des solutions à tous les problèmes. Avec des hauts et des bas, bien sûr.

Un jour - mais quand ? - je l'aurai, mon permis. 

13 commentaires:

  1. J'ai passé mon permis pendant mon année d'hypokhâgne (ne me demande pas comment j'ai fait, avec le recul je ne le comprends pas moi-même ) et j'ai bien fait, je crois. Plus on attend, plus c'est stressant. J'ai des amies qui l'ont eu récemment donc rassure-toi, c'est possible et je suis persuadée que tu y arriveras. Courage ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Merci pour tes encouragements ! Tu as eu du mérite de combiner hypokhâgne et et permis !
      Bises
      Aglaé

      Supprimer
  2. Ma petite cousine est en plein passage du permis elle aussi, et ce n'est pas évident. Pourtant c'est l'une des femmes les plus matures et intelligentes pour son âge qu'il m'ait été donné de rencontrer. Et malgré tout, des complications incroyables pour ce fameux permis.
    Alors rassure-toi, parce que je crois lire entre les lignes que tu te dévalorises par rapport au fait que certaines personnes l'ont plus facilement que d'autres : cet examen n'est pas un test d'intelligence. Et comme tu le dis si bien, c'est encore plus compliqué lorsque l'apprentissage se fait sur le tard, car on a déjà des méthodes bien ancrées de logique et de réflexion, mais surtout l'expérience de situations (voire d'accidents) qui ne font que stresser davantage pendant l'apprentissage de la conduite. Un enfant apprend facilement, puisque son cerveau est tout neuf et "vide". Ton seul ennemi ce sera ton stress : essaie d'apprendre à gérer tes émotions au volant, car aussi incroyable que ça puisse paraître la conduite finira par t'apparaître comme une habitude (exactement comme faire du vélo, une fois que tu as compris le mécanisme impossible d'oublier !).
    Aie confiance en toi, et tout ira bien :) Cela dit je suis bien d'accord avec toi : on peut facilement se passer du permis dans Paris !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton long et gentil com ! Je ne doute pas de mon intelligence (ça fait vantard dit comme ça ;-) mais en effet, ça doit être plus compliqué quand l'âge avance et que le cerveau se plie moins volontiers à des nouveautés absolues...
      Bonne soirée,
      Aglaé

      Supprimer
  3. Je l'ai passé plusieurs fois avant de l'avoir donc je comprends tout à fait :) Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Tu l'as passé combien de fois ? Pour moi, après plus de 25h de cours, le premier passage est encore bien loin...
      Bises
      Aglaé

      Supprimer
  4. Bienvenue au club, je n'ai pas encore mon permis et vu que je suis assez maladroite, je stress énormément le jour où je vais le passer. Ne sortez pas de chez vous. ^^
    Courage, tu vas l'avoir. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Courage à toi aussi, compagne de galère !
      Je suis aussi (pour l'instant) un danger public, donc même mot d'ordre : poussez-vous quand je passe ! lol
      Pour le stress j'ai rééssayé de faire de la sophrologie et ça a bien marché, la dernière séance de conduite après de la sophro s'est bien mieux déroulée...
      On va y arriver !
      Bises
      Aglaé

      Supprimer
  5. Ah le permis, c'est une épreuve ! Si le code n'étais pas un soucis, j'étais paniquée par la pratique à tel point que je perdais mes moyens pour un rien et j'ai donc obtenu le permis au deuxième examen. Bon courage en tous les cas ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si le code *n'était*... Bises :)

      Supprimer
    2. Merci ! En effet, je connais bien ce que tu décris, hélas !
      Bises

      Supprimer

  6. Bonjour, Le permis est obligatoire pour beaucoup d'emplois. Le
    nier à une personne c'est aussi lui interdire de travailler, il faut donc
    revoir les motifs de refus du permis. Malgré mon permis étranger, et 5 ans
    d'expérience routière, l'inspecteur m'a recalé. Mon permis étranger me permet
    de louer une voiture et de conduire, ce que je fais.... C'est un contre-sens.
    Mais ne vous inquiétez pas, j'ai plusieurs milliers de Kms, et aucun accident.
    Impossible par contre d'obtenir un emploi qui ne requiert pas le permis B. Que
    Faire ???Je ne veux pas être humilié de nouveau car "J'ai attendu comme un
    honnête citoyen, mais là ça suffit, tant que je respecte ceux qui m'entourent,
    c'est l'essentiel !" Par chance j'ai fait la rencontre d'une personne
    travaillant dans le domaine des permis et il m'a facilité l'obtention de mon
    permis, Au départ j'avais un peu peur à chaque contrôle de police mais après 04
    à 12 contrôles réussis sans soucis avec vérification des pièces , j'ai fini par
    comprendre que j’ai eu beaucoup de chance de rencontrer ce monsieur et que
    seule le résultat final compte, je suis à l'aise avec mon permis plus besoin
    d'humiliation gratuite !!! Pour tous ceux dans la même situation comme moi, je
    vous laisse son contact mail il va vous aider.
    je pourrais bien vous laissez son mobile mais je préfère qu'il
    vous le donne lui-même. Sur ce, je vous demande de ne pas baisser les bras nous
    restons en espérant que vous trouvez rapidement satisfaction avec ce monsieur
    Cordialement dupontjacques74@gmail.com

    RépondreSupprimer

Vous avez aimé ce billet ? Laissez-moi un petit mot, ça fait toujours plaisir ! Merci par avance ;-)